Matilda, de l’ombre à la lumière

« Matilda, de l’ombre à la lumière » est une exposition qui sensibilise le public à l’invisibilisation des femmes dans l’histoire, les sciences et les arts. Grâce à l’exposition d’œuvres traitant du sujet, il invite à déconstruire le phénomène et à penser à des stratégies pour ouvrir le champ des possibles à l’occasion de différents évènements ponctuels comme l’organisation de talks, de séances d’animation spécialement conçue pour le public scolaire, de séances d’écoute de podcast et de concerts.

En bref :

L’effet Matilda part d’un constat : les femmes à l’origine de recherches et découvertes majeures sont longtemps restées dans l’ombre. Elles ont été oubliées au profit des hommes avec qui elles ont travaillés et à qui on a attribué leur recherche. Ce sont eux qui ont reçu les honneurs des prix prestigieux à leur place et qui figurent dans les manuels d’histoire.

L’une des premières femmes à dénoncer l’invisibilisation des femmes dans les sciences était la militante féministe américaine Matilda Joslyn Gage. C’est en son femmage* que Margaret W. Rossiter baptise en 1993 sa théorie l’effet Matilda

On parle d’effet Matilda lorsque des hommes s’approprient le travail intellectuel effectué par des femmes pour s’en attribuer les mérites.

Qu’est-ce que l’invisibilisation des femmes ?

On entend souvent dire que si les femmes n’ont pas marqué l’histoire c’est parce qu’elles étaient trop occupées à s’occuper de leur foyer et de leurs enfants, qu’elles avaient été empêchées de créer, d’inventer, de théoriser…

Cette croyance est bien ancrée mais elle est fausse.

Jusqu’au milieu du 20ème siècle, tant les publications scientifiques que les œuvres littéraires, artistiques ou philosophiques véhiculent des stéréotypes sexistes sur les femmes considérées comme des êtres inférieurs aux hommes. L’art, la politique, la littérature, la recherche, la science et l’histoire sont autant de domaines où les femmes sont oubliées et invisibilisées. Cet oubli nous rend toutes et tous ignorant.e.s d’une partie de notre patrimoine culturel et artistique. 

Sortir les femmes de l’invisibilité, c’est lutter contre les stéréotypes sexistes systémiques, c’est un véritable enjeu de société.

Retrouvez prochainement sur notre site, les Actes de la table ronde « Les stratégies mises en place pour sortir de l’invisibilisation ».

Le programme :

Le 13, 14, 15 et 16 Octobre 2022 l’exposition s’est tenue au BRASS – Centre Culturel de Forest.

★ 𝗝𝗲𝘂𝗱𝗶 𝟭𝟯 𝗼𝗰𝘁𝗼𝗯𝗿𝗲
18h – 21h | Vernissage – Apéro Réseau
★ 𝗩𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲𝗱𝗶 𝟭𝟰 𝗼𝗰𝘁𝗼𝗯𝗿𝗲
13h – 18h | Exposition
10h30 – 16h | Animation public scolaire par Les Ambassadeur·ice·s d’expression citoyenne.
« Atelier d’expression et d’écriture avec Les Ambassadeur·ice·s d’Expression Citoyenne. Introduction à la prise de parole, jeux et joutes verbales, seront de mise pour t’imprégner et comprendre l’univers de Matilda. »
★ 𝗦𝗮𝗺𝗲𝗱𝗶 𝟭𝟱 𝗼𝗰𝘁𝗼𝗯𝗿𝗲
13h – 18h | Exposition
17h – 19h | Table Ronde « Les stratégies mises en place pour sortir de l’invisibilisation » avec Tania Van Loon, vice présidente de Bewise asbl vzw, Nafi Yao, photographe, coordinatrice générale et président de Women we share asbl, Marcela de la Peña, vice présidente du Conseil Bruxellois pour l’égalité des femmes et hommes et Djia Mambu, journaliste et autrice de « Peau noire, médias blancs ».
« Un moment d’échange sur les stratégies mises en place, les pratiques imaginées et les outils créés par des associations ou des initiatives individuelles pour visibiliser les femmes et faire en sorte qu’elles ne tombent plus dans l’oubli. »
19h | Ouverture du bar
20h | Concert : Ysmé
★ 𝗗𝗶𝗺𝗮𝗻𝗰𝗵𝗲 𝟭𝟲 𝗼𝗰𝘁𝗼𝗯𝗿𝗲
13h – 18h | Exposition
15h | Black Out Session « Mais du coup tu fais quoi dans la vie ? » Émission de Delphine Friquet pour Radio Vacarme.
« Rencontre avec une porteuse ou porteur de métiers dits de l’ombre. Talk autour de leur profession, de la vision du monde que leur offre celle ci. Mais aussi parcours de vie, hobbies, art, actualités, afin de cultiver le partage des expériences et l’ouverture des un.e.s aux autres. » – Plonger dans l’univers de Léa Jarrin, autrice de bandes dessinées, illustratrice. Co-fondatrice du collectif Stachmoule et membre du collectif Contrôle Turbo.

Artistes associées au projets : Géraldine Jonckers, Alizée Honoré, Claire Allard, OXO Collectif

Curatrice : Géraldine Jonckers

Scénographe : Caroline Doumerc

Chargée de la diffusion et communication : Aimée Pertel

Production : Casimir Pesztat

Avec OXO Collectif, Data D’Elles

Soutien financier : Alter égales, Fédération Wallonie-Bruxelles